Les chercheurs associés

Julie ALLARD

Julie Allard est docteur en philosophie, professeur à l’Université Libre de Bruxelles et chercheur au Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS – Belgique). Ses travaux portent sur la philosophie de la justice et du procès, à travers trois axes de recherches principaux : le jugement judiciaire et la figure du juge, l’usage contemporain de la notion d’humanité, et les aspects philosophiques de la mondialisation du droit et de la justice.

En savoir plus…

Kora ANDRIEU

Docteur en philosophie politique et éthique, Kora Andrieu est actuellement officier des droits de l’homme auprès du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme à Tunis, après avoir enseigné à l’université Paris IV Sorbonne et à Sciences Po Paris. Elle a également travaillé comme chercheur invité à l’International Center for Transitional Justice (New York) et au Center for the Study of Violence and Reconciliation (Cape Town). Ses travaux portent sur la théorisation de la justice transitionnelle en philosophie appliquée, en particulier du point de vue du libéralisme politique.

En savoir plus…

Stéphanie BALME

Stéphanie Balme est chercheur et enseignante à Sciences Po Paris (CERI, PSIA), en mission à Hong Kong à la Chinese University de 2003 à 2006, puis à Pékin comme professeur invité à l’Université Tsinghua de 2006 à 2012. Elle est responsable depuis 2006 du programme de recherche « Law, Justice and Society in China », qui souhaite apporter une contribution aux réflexions sur l’évolution du droit, de l’État de droit et des systèmes judiciaires dans les pays émergents. Derniers ouvrages parus : La tentation de la Chine (Le Cavalier Bleu, 2013), Building Constitutionalism in China (éd.), (Palgrave-Macmillan, 2009).

En savoir plus…

Karim BENYEKHLEF

Karim Benyekhlef est professeur à la Faculté de droit et directeur du Centre de recherche en droit public de l’université de Montréal. Membre du Barreau du Québec depuis 1985, il a exercé au sein du ministère fédéral de la Justice de 1986 à 1989. Ses champs d’enseignement et de recherche sont le droit des technologies de l’information, le droit constitutionnel (droits et libertés de la personne), le droit international, la théorie et l’histoire du droit. Karim Benyekhlef a fondé en 1995 la revue juridique électronique Lex Electronica, ainsi que, en 2010, la revue électronique Les Cahiers du Cérium.  Il est également l’instigateur des premiers projets de règlement en ligne des conflits (Projet CyberTribunal, eResolution, ECODIR). Il assure actuellement la direction du laboratoire de cyberjustice de l’université de Montréal.

En savoir plus… 

Boris BERNABE

Boris Bernabé, agrégé des Facultés de droit, est professeur à l’université Paris-Sud. Il appartient au laboratoire DSR (Droit et sociétés religieuses) de la faculté Jean Monnet à Sceaux. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la justice et du droit privé, ainsi que sur la procédure civile. Il s’intéresse aussi à l’histoire des idées politiques et à l’histoire juridique de la culture.

En savoir plus…

Daniela BIFULCO

Daniela Bifulco est professeur associé de droit public comparé à la Seconda Università degli Studi di Napoli et experte auprès du Conseil de l’Europe. Elle a prononcé plusieurs conférences sur le thème de la magistrature, de l’éthique et de l’indépendance du juge (IHEJ ; Deutsche Richterakademie de Trier ; Consiglio supremo della Magistratura, Rome, Italie ; York University, Toronto, Canada ; Conseil Supérieur de la Magistrature, Bruxelles, Belgique, et auprès des universités italiennes) et sur le thème de l’iconographie judiciaire (Third Biennal of the China-Europe Forum, Pékin, Chine). Ses recherches actuelles portent sur le négationnisme et la relation entre droit,  mémoire et histoire.

En savoir plus…

Li BIN

Li Bin est docteur en droit de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et professeur à la Faculté de droit de l’Institut de Technologie de Harbin (Chine). Ses recherches portent sur le domaine du droit international, notamment le droit international des droits de l’homme et le droit international économique. Outre des travaux sur les transformations du droit chinois, Li Bin a également mené des travaux de comparaison entre les cultures juridiques, en collaborant avec des collègues européens et américains. Il est actuellement chercheur invité de la Chaire Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit au Collège de France, et chercheur associé au Centre d’étude et de recherche en Droit International à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

En savoir plus…

David CHEKROUN

David Chekroun est docteur en droit de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, professeur de droit des affaires à l’ESCP Europe. Ses recherches portent principalement sur la régulation de la mondialisation et ses effets sur les systèmes juridiques, le droit et la finance, les questions de justice et le droit de l’énergie et de l’arbitrage, ainsi que certains aspects du droit de l’Union européenne.

En savoir plus…

Hélène DUMAS

Docteur en histoire et ATER à l’EHESS, Hélène Dumas a suivi, pendant une dizaine d’années, les procès communautaires Gacaca au Rwanda. Inscrites dans une perspective d’anthropologie historique, ses recherches portent sur la manière dont les acteurs sociaux ont vécu puis raconté leur expérience des massacres du printemps 1994. En 2014, avec la collaboration de Stéphane Audoin-Rouzeau, elle a assuré le commissariat scientifique de l’exposition « Rwanda 1994 : le génocide des Tutsi » au Mémorial de la Shoah. Elle collabore régulièrement avec cette institution dans le cadre de ses activités culturelles et scientifiques ainsi que dans celui de ses formations pédagogiques.

En savoir plus…

Fabien GELINAS

Fabien Gélinas est professeur agrégé à l’université McGill de Montréal, dont il a été vice-doyen et directeur de l’Institut de droit comparé. Il est diplômé de l’université de Montréal et du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (École des hautes études internationales) de Paris et titulaire d’un doctorat de l’Université d’Oxford. Il a été avocat général à la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris et agit régulièrement à titre d’arbitre dans des dossiers internationaux. Ses travaux portent sur le règlement des différends, dont la cyberjustice, et sur l’État de droit mondialisé.

En savoir plus… 

Jennifer Katherine GRACIE

Jenny Gracie, ‘solicitor (non-practising)’, ancienne membre du Conseil de l’Ordre de la Law Society d’Angleterre & du Pays de Galles, et expert de justice (en traduction) auprès de la Cour d’appel d’Amiens est aussi auteur du blog ‘Views across the channel‘ sur le site de l’IHEJ.

About the author (CV in english)
En savoir + sur l’auteur (CV en français)

Frédéric GROS

Frédéric Gros est professeur de philosophie à l’université Paris-XII, spécialiste de Michel Foucault dont il a édité les derniers cours du Collège de France. Il a travaillé sur l’histoire de la psychiatrie (Création et folie, PUF), la philosophie de la peine (Et ce sera justice, Odile Jacob) et la pensée occidentale de la guerre (Etats de violence, Gallimard). Il enseigne également à l’Institut d’études politiques de Paris.

En savoir plus…

Valérie HAYAERT-VANAUTGAERDEN

Valérie Hayaert-Vanautgaerden, agrégée de lettres et docteur en histoire et civilisation (Institut Universitaire Européen de Florence), est chercheur associé à la fondation Bodmer (Genève). Ses travaux portent principalement sur la pensée symbolique des juristes de la Renaissance. Les images de la justice d’ancien régime, ses rituels et ses dispositifs sont analysés dans une perspective d’anthropologie visuelle, à la croisée de l’histoire de l’art et de l’histoire culturelle du droit. Elle a publié Mens emblematica et humanisme juridique, Droz, Genève (2008), co-écrit avec Antoine Garapon, Allégories de Justice, la grand’chambre du Parlement de Flandre, Paillart, Abbeville (2014) et co-édité avec Peter Goodrich, Genealogies of Legal Vision, Routledge, 2015 (sous presse). Elle est membre du comité éditorial de la revue nord-américaine Emblematica, an interdisciplinary journal for Emblem Studies.

En savoir plus…

Matt Lady

Matt R. LADY, de nationalités américaine et australienne, est avocat spécialisé en droit des ressources naturelles et énergétiques. Il prépare actuellement sa thèse de doctorat sur la corruption transnationale dans les transactions commerciales internationales, dans le cadre d’une co-tutelle de thèse des Universités d’Adelaïde (Australie) et de Strasbourg.

Matt LADY a été consultant en politique énergétique pour une agence gouvernementale australienne, puis avocat dans un cabinet international, puis consultant en ressources pétrolières et minérales. Il a par ailleurs été chargé d’enseignement à l’Université d’Adelaïde et associé à des recherches juridiques.

Il a obtenu son diplôme de droit avec mention (BA/LLB) à l’Université d’Adelaïde. Il est également titulaire d’un LLM de l’Université de Melbourne, d’un M. Science (UCL) et d’un diplôme en droit nucléaire international (OCDE/ Ecole internationale de droit nucléaire). Matt LADY réside actuellement à Paris et peut être contacté à l’adresse : matt.lady@adelaide.edu.au

Vincent Lefebve

Chargé de recherches du FNRS, chercheur au Centre de droit public et au Centre de droit international de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), chercheur associé à l’Institut des Hautes Études sur la Justice (IHEJ)

Vincent Lefebve est docteur en sciences juridiques (2013), licencié en droit (2002), détenteur d’un master en théorie du droit (2003) et d’un diplôme d’études approfondies en philosophie et lettres (2005). Il a, de 2004 à 2009, exercé diverses activités professionnelles orientées vers la pratique avant de rejoindre l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Il a, en 2013, défendu une thèse consacrée à la pensée juridique de Hannah Arendt. Les résultats de cette recherche ont été publiés en 2016 (Politique des limites, limites de la politique. La place du droit dans la pensée de Hannah Arendt, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Philosophie politique : généalogies et actualités »). Vincent Lefebve est actuellement chargé de recherches du FNRS, membre du Centre de droit public et du Centre de droit international de l’ULB, chercheur associé à l’Institut des Hautes Études sur la Justice (IHEJ). Il se consacre à un projet de recherches visant à une réévaluation du rôle politique des juges et de la justice à partir d’une analyse des représentations qui en sont proposées au cinéma.

Juliette Lelieur

est maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg, elle est spécialisée en droit pénal international, européen et allemand, et droit pénal des affaires. Elle a été chercheuse à l’Institut Max Planck de droit pénal étranger et international et a participé aux travaux du Groupe de travail sur la corruption de l’OCDE.

Christian LICOPPE

Christian Licoppe, ancien élève de l’Ecole Polytechnique, est professeur de sociologie des technologies d’information et de communication à Telecom ParisTech, où il dirige actuellement le département des sciences sociales. Il mène depuis plusieurs années des recherches sur les pratiques de communication et de mobilité, dans le cadre d’une approche ethnographique se situant à l’intersection de la sociologie du travail et de l’anthropologie de l’activité, et tournée vers les pratiques interactionnelles et les médiations technologiques, notamment dans le domaine de la justice et de la visioconférence.

En savoir plus…

Andrea LOLLINI

Titulaire d’un doctorat obtenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Andrea Lollini est maître de conférences en droit constitutionnel comparé à l’université de Bologne. Il est également chargé de mission à l’IHEJ et coordinateur scientifique auprès du Hague Institute for the Internationalisation of Law (HiiL). Ses travaux portent  sur le constitutionnalisme et la justice de transition, l’herméneutique constitutionnelle, les juges et la globalisation et  les transformations des interactions entre système juridiques dans un monde globalisé.

En savoir plus…

Jânia MARIA LOPES SALDANHA

Jânia Maria Lopes Saldanha est docteur en droit public, professeur à la Faculté de droit de l’Universidade Federal de Santa Maria (UFSM) au Brésil et chercheuse au Centro de culturas jurídicas comparadas, internacionalização do direito e sistemas de justiça (CCULTIS) de l’UFSM. Ses travaux de recherche portent sur le cosmopolitisme, l’internationalisation du droit, les systèmes de justice et nouveaux droits en réseau dans le contexte de la mondialisation. Elle a notamment été coordinatrice du Projet de recherche sur l’impact des traités internationaux dans le système procédural brésilien au sein du Bureau de réforme de la justice du Ministère de la justice au Brésil. Elle mène actuellement des recherches postdoctorales à l’IHEJ avec le soutien de l’agence brésilienne CAPES – Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior.

En savoir plus…

Léo Marty

Léo Marty est titulaire d’un Master professionnel de la filière Hautes Etudes Internationales de l’INALCO ainsi que d’un Master de recherche en Etudes Politiques de l’EHESS où il a travaillé sur le phénomène du crime d’honneur en Palestine. Il a rejoint les rangs de l’IHEJ en juin 2015 et participe depuis lors au développement l’Institut d’Etudes sur le Droit et la Justice dans les sociétés Arabes (IEDJA), institut qui émane du programme pays arabes de l’IHEJ. Depuis avril 2016 il coordonne l’action d’un groupe de travail de l’IHEJ sur la justice en Syrie et développe différents projets de soutien aux professionnels du droit syriens.

Jean-Paul MIROGLIO

Jean Paul Miroglio est architecte DPLG et programmiste en architecture. Après avoir développé sa pratique architecturale en libéral dans le sud-est de la France, il s’est spécialisé dans la programmation architecturale d’équipements publics pour le compte de l’état et des collectivités territoriales. De 2004 à 2011, il a été chef de projet à l’Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice, où il était en charge de la programmation fonctionnelle et technique du nouveau Palais de Justice de Paris. Il s’intéresse particulièrement aux évolutions de l’architecture judiciaire et à leurs incidences sur les process et les vécus judiciaires.

Daniela PIANA

Daniela Piana est professeur à l’Université de Bologne où elle est chargée des cours de science politique et politique et institutions de l’Union Européenne. Experte des politiques judiciaires et de l’organisation judiciaire, elle a travaillé sur les réformes constitutionnelles et judiciaires des PECO ainsi que des pays de l’Europe du Sud. Membre du Groupe de recherche sur la qualité de la démocratie et du Groupe de recherche sur les systèmes judiciaires comparés au sein de l’AISP, son agenda de recherche porte désormais sur la qualité de la justice, les mécanismes de limitation du pouvoir au niveau local, la sociologie de l’Etat.

En savoir plus…

Meredith ROSSNER

Titulaire d’un doctorat en sociologie et criminologie de l’université de Pennsylvanie, Meredith Rossner est professeur de criminologie à la London School of Economics et membre du Justice Research Group de l’université de Western Sydney (UWS, Australie). Ses recherches portent sur les dynamiques émotionnelles et rituelles des processus de justice, avec une attention particulière portée aux jurys. Elle s’intéresse plus généralement à la façon dont les individus  pensent, parlent et créent la justice dans les sociétés contemporaines. Dernier ouvrage publié : Just Emotions : Rituals of Restorative Justice, aux éditions Oxford University Press.

En savoir plus…

Emma ROWDEN

Après avoir travaillé, dans le cadre d’un contrat postdoctoral, pour un projet de recherche sur l’usage de la vidéo dans le système judiciaire, Emma Rowden, architecte diplômée et titulaire d’un doctorat de l’université de Melbourne, a commencé à travailler avec le Justice Research Group de l’université de Western Sydney (UWS, Australie) en 2008, avant de rejoindre en 2013 l’école d’architecture de l’université de technologie de Sydney (UTS). Elle s’intéresse en particulier au rôle de l’environnement bâti dans le façonnement des expériences de justice. Les conclusions de sa recherche doctorale ont donné lieu à des recommandations et reprises dans le rapport “Gateways to Justice: improving video-mediated communications for justice participants”.

En savoir plus…

Raffaele SABATO

Diplômé en droit (Naples, Italie) et sciences politiques (Macerata, Italie), titulaire d’un Master en droit comparé (Austin, Texas, Etats-Unis), Raffaele Sabato est un magistrat italien. Entré dans la magistrature en 1991, il s’est occupé de droit international et européen, de coopération judiciaire internationale, d’organisation des systèmes judiciaires et de déontologie judiciaire. Il a été nommé conseiller à la Cour de cassation italienne en 2011. En qualité d’expert du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne, il a participé à diverses missions dans le cadre de programmes destinés à favoriser les réformes visant les systèmes juridiques et les droits de l’homme, ainsi que la formation des juges et des procureurs. Membre du Conseil consultatif de juges européens (CCJE, Conseil de l’Europe) depuis sa création en 2000 dont il a été élu Président de 2006 à 2008, professeur à temps partiel, enseignant le droit civil et les systèmes judiciaires, il a publié de nombreux travaux et donné de nombreuses conférences. Il a été membre de la Commission scientifique du Conseil supérieur italien de la magistrature (1998-2001). Depuis 2011, il est membre du Conseil d’administration de l’Ecole nationale italienne de la magistrature.

En savoir plus…

Daniel SCHIMMEL

Daniel Schimmel est avocat associé au sein du cabinet Foley Hoag (New York), spécialisé dans les procédures d’arbitrage international, de contentieux et d’enquêtes internes. Il a servi comme avocat ou comme arbitre international dans des affaires de fusions et acquisitions, d’accords d’actionnaires, de joint venture ou concernant des projets de construction. Il représente également des entreprises et des individus, francophones notamment, en litige commercial aux États-Unis.

Il est co-auteur de l’e-book « le procès civil en version originale« , lauréat du prix du Cercle Montesquieu en 2015.

En savoir plus…

David TAIT

David Tait est chercheur en criminologie et en sociologie à l’université de Western Sydney (UWS, Australie). Directeur du Justice Research Group et coordinateur du réseau « Court of the future », il s’intéresse aux processus judiciaires, et plus particulièrement à la façon dont la justice est mise en œuvre et vécue dans différents contextes nationaux et culturels. Se situant au croisement de plusieurs disciplines, ses recherches portent notamment sur l’environnement, les rituels et les représentations de la justice.

En savoir plus…

Nicolas VERMEYS

Nicolas Vermeys est professeur à la Faculté de droit et directeur adjoint du laboratoire de cyberjustice de l’université de Montréal. Il est l’auteur de nombreuses publications portant sur les incidences des technologies de l’information sur le droit civil, dont les ouvrages Actes illicites sur Internet : Qui et comment poursuivre? (Yvon Blais, 2011), Responsabilité civile et sécurité informationnelle (Yvon Blais, 2010) et Virus informatiques : Responsables et responsabilité (Thémis, 2006). Il est également membre du Conseil scientifique de différentes revues juridiques, dont Lex Electronica, revue dont il a occupé le poste de rédacteur en chef de 2001 à 2003. Nicolas Vermeys s’intéresse particulièrement aux questions juridiques liées à la sécurité de l’information, aux développements en matière de cyberjustice et, plus généralement, aux incidences des innovations technologiques sur le droit.

En savoir plus… 

Bertrand WARUSFEL

Bertrand Warusfel, agrégé des facultés de droit, est professeur à l’université Lille 2. Ses travaux se situent au carrefour du droit public, du droit de l’information et de la technologie et des questions de sécurité. Il est également avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies.

En savoir plus…

Section
Empty section. Edit page to add content here.