Views across the channel

Perspectives croisées sur les professions juridiques en France et en Grande-Bretagne : le regard d’une juriste britannique

Les juristes peuvent et devraient apprendre de l’organisation des professions juridiques dans d’autres juridictions. Pas seulement en théorie, mais dans la pratique. Ayant mieux compris les avantages et les inconvénients, ils peuvent alors décider de faire quelque chose de similaire – ou pas!

Voilà ce dont je me suis rendu compte, ayant organisé 4 conférences entre les avocats et ‘solicitors’ des régions. Je l’ai fait en représentant les 3 500 avocats dans le Surrey, en tant que membre (élue, mais non rémunérée) du Conseil de « la Law Society d’Angleterre et du Pays de Galles ». Il faut s’inscrire à cette organisation pour être ‘solicitor’ – un seul, national, barreau. Par conséquent, la seule personne la plus semblable à un bâtonnier est le Président de cette ‘Law Society’. Cette structure nationale a eu un impact sur des sujets tels que la réglementation, l’aide juridictionnelle et l’assurance. Les blogs concernent ces sujets et les changements récents.

Oui, nous parlons des langues différentes. Oui, un système est accusatoire et l’autre inquisitoire. Mais nous devons trouver des solutions à des problèmes similaires, y compris pour la structure de nos professions juridiques. Alors, pourquoi réinventer la roue?

Voilà pourquoi je suis ravie que l’IHEJ m’ait invitée à partager mon point de vue sur les professions juridiques des deux côtés de la Manche. Je ne prétends pas tout savoir au sujet de chacune – il y a tellement de choses à apprendre. Espérons, cependant, que ces blogs donneront matière à réflexion.

Lawyers can and should learn from how legal professions are organised in other jurisdictions. Not just in theory, but in practice. Having a better understanding of the advantages and disadvantages, they can then decide to do something similar – or not!

That is what I realised from organising 4 conferences between ‘avocats’ and solicitors from the regions. I did so representing the 3,500 solicitors in Surrey, as a member (elected but unpaid) of the Council of “the Law Society of England and Wales”. This is the only organisation that solicitors have to join – one, national, “Barreau”. Therefore, the only person similar to a “Bâtonnier” is the President of the Law Society. This national structure has had an impact on subjects such as regulation, Legal Aid and insurance. The blogs are on these topics and recent changes.

Yes, we speak different languages. Yes, one system is adversarial and the other inquisitorial. But we have to find solutions to similar problems, including for the structure of our legal professions. So why re-invent the wheel?

That is why I am delighted that the IHEJ has invited me to share some of my views on the legal professions both sides of the Channel. I do not pretend to know everything about each one – there is so much to learn. Hopefully, though, the blogs will give some food for thought.

Jenny Gracie

Jenny Gracie est Chercheur associé à l’IHEJ, juriste britannique (Solicitor et ancienne membre du conseil de l’ordre de la Law Society de l’Angleterre et du Pays de Galles) et Expert de justice près la Cour d’appel d’Amiens (traduction et interprétariat).

About the author (CV in english)
En savoir + sur l’auteur (CV en français)

Derniers posts